View in

English

Réseau INTERVISION : bilan à mi-parcours très positif

Des représentants de la Commission européenne, réunis aujourd’hui au CERN, ont donné leur feu vert à la poursuite des activités du réseau ENTERVISION

|

Réseau INTERVISION : bilan à mi-parcours très positif

Réunis toute une journée au CERN, les chercheurs Marie Curie du réseau ENTERVISION ont présenté au responsable du projet à la Commission européenne (Image: CERN)

Des représentants de la Commission européenne, réunis aujourd’hui au CERN, ont donné leur feu vert à la poursuite des activités du réseau ENTERVISION, qui vise à renforcer la formation dans le domaine de l’imagerie pour la thérapie par faisceaux de particules.

Réunis toute une journée au CERN, les chercheurs Marie Curie du réseau ENTERVISION, le réseau de formation européen dans le domaine de l’imagerie médicale numérique pour la radiothérapie, ont présenté au responsable du projet à la Commission européenne, ainsi qu’à un expert extérieur, les résultats obtenus par le réseau au cours de ses deux premières années d’activité. La Commission a donné au réseau son feu vert pour la poursuite pendant deux ans de ses activités de formation dans le domaine du traitement du cancer par faisceaux de particules.

Le projet ENTERVISION a été créé en février 2011 dans le but de renforcer la recherche dans le domaine de l'imagerie numérique 3D en ligne en formant les chercheurs aux méthodes permettant de détecter précocement des tumeurs et de mettre au point des traitements plus précis. Le réseau rassemble dix établissements universitaires et centres de recherche, ainsi qu’une entreprise européenne leader dans le domaine de la thérapie par faisceaux de particules. Il parraine 16 chercheurs, dont trois sont basés au CERN. Les chercheurs du projet ENTERVISION ont des parcours universitaires très divers et viennent de toute l'Europe, et même au-delà (Brésil et Chine).

« Aujourd’hui, le représentant de la Commission européenne a reconnu l’intérêt de notre projet pour la formation des chercheurs, qu’ils soient jeunes ou expérimentés, dans le domaine pluridisciplinaire de l’imagerie médicale pour la radiothérapie, souligne Manjit Dosanjh, conseillère en sciences de la vie au CERN et coordinatrice du projet. Nous nous félicitons que ce programme de formation se poursuive, car il est urgent de disposer de scientifiques hautement qualifiés dans ce domaine, qui est en constante évolution. Au terme des deux prochaines années, nos participants auront achevé leurs projets de recherche et établi un réseau pluridisciplinaire qui les aidera dans leur future carrière et qui, en définitive, améliorera le transfert de connaissances entre les diverses disciplines concernées par le traitement du cancer ».

La décision prise aujourd’hui apporte au réseau ENTERVISION la garantie qu’il poursuivra ses activités de formation. Le programme de formation ENTERVISION est rattaché au programme de recherche ENVISION, une collaboration entre centres européens de recherche et partenaires industriels, dont l’objectif est de développer de nouvelles techniques d’imagerie afin de rendre l’hadronthérapie plus sûre et plus précise. Le réseau ENVISION a tenu hier, au CERN, sa troisième réunion annuelle. Les exposés présentés sur les diverses activités, ainsi que le nombre de publications scientifiques, ont clairement montré que le groupement est entré pleinement dans la phase de recherche et qu'il fonctionne extrêmement bien en tant que plateforme de formation.